Alain Garichot | metteur en scène

                                     Grâce à une double formation théâtrale et musicale, et douze années passées à la Comédie Française                                                                sous l'administration de Pierre Dux en tant que régisseur-assistant metteur en scène, Alain Garichot                                                             parfait ses connaissances de direction d’acteurs dans des conditions exceptionnelles.  Parallèlement à sa                                                            carrière de metteur en scène, il se passionne très vite pour le travail de formation. 

                                             Nommé professeur d'interprétation et de scène à l'Ecole d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris de 1982 à 1995,                                                      il y réalise les mises en scène de La Chute de la Maison Usher de C. Debussy, L'Enfant et les Sortilèges et L'Heure Espagnole de M. Ravel à la Salle Favart, Goldoni et ses musiciens à l'Amphithéâtre de l'Opéra-Bastille et des Dialogues des Carmélites de F. Poulenc au Palais Garnier en 1994.

Depuis , Alain a mis en scène une vingtaine d'Oeuvres Lyriques dans de nombreuses maisons d’Opéra en France et à l'étranger : Osaka , Bilbao , Genève et Lausanne dont « Le Pays » de Guy Ropartz à Tours qui a obtenu le Prix Claude Rostand du Syndicat de la Critique couronnant le meilleur spectacle Lyrique de province , également avec « Bérénice » d’Albéric Magnard en 2014 .

La reprise d’« Eugène Onéguine » à Nantes , Rennes , Tours , Nice et Saint Etienne vient de se terminer en Avril 2017

Alain Garichot se passionne pour le travail de formation ! Il anime des master-class au CNSM de Lyon , Lausanne , HEM de Genève et Neuchâtel, au Kansaï Institut de Kyoto .et au Pôle Supérieur de Rennes .

Depuis 2007, il est Stage Director à La Chapelle Musicale de la Reine Elizabeth de Belgique.

​Eugène Onegin- Opéra de Toulon|teaser https://www.youtube.com/watch?v=jT8zGUC-W34

Critique Forum Opéra : https://www.forumopera.com/eugene-oneguine-toulon-miracle-renouvele?fbclid=IwAR3V26UR6Wxpdm8hPkLNf9BioZMlfdLcK1bN4fRgq15B86sqMRSkHaKkDOU

LE MONDE |  « Les contresens ? L'un des plus beaux qu'on ait vus sur scène est celui qu'a un jour induit le metteur en scène  Alain Garichot en faisant mourir debout la Vieille prieure des Dialogues des carmélites de F.Poulenc, d'après l'oeuvre de Bernanos.             Mais il avait vu juste : l'interprète du rôle nous persuadait qu'on pouvait mourir debout. »  Arnaud Machard

FORUMOPERA.COM |  « Vingt ans après sa création à Nancy, la mise en scène d’Eugène Onéguine par Alain Garichot émerveille et convainc toujours autant par son parti pris de sobriété et de simple élégance. Après sa reprise à Nantes et Angers en 2015, puis à Rennes et à Tours l’année dernière, c’est l’Opéra de Saint-Étienne qui accueille cette production sensible et délicate, restituant avec justesse la nostalgie des temps passés; du temps qui passe. »  Fabrice Malkani   

                                                

                                             

                                            Anne Pareuil | mezzo | comédienne | auteure

                                                                    Parrainée par le baryton José van Dam dans un récital en duo au Théâtre de Paris-                                                                                           Châtelet à l’âge  de vingt-quatre ans, Anne Pareuil offre au public une voix d’un timbre rare                                                                                 richesse et sa profondeur. Son large répertoire depuis Händel et Mozart jusqu’à Ponchielli et Richard Strauss lui a ouvert une carrière internationale à travers l’Europe, l’Asie et les États-Unis.

Anne a interprété Madame de Croissy dans Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc au Palais Garnier dans la mise en scène  d’Alain Garichot ainsi qu’au Korean National Opera (Corée, Séoul); Perséphone dans Ariane de Jules Massenet au Festival International du compositeur, Marcellina dans les Noces de Figaro de Wolfgang Mozart à Liège, Hong Kong, Geneviève dans Pélléas et Mélisande de Claude Debussy à l’Opéra Royal de Wallonie et au Teatro Massimo di Palermo.

Rossweisse dans Die Walküre de Richard Wagner pour Radio-France (Paris-Pleyel) sous la direction de Marek Janowski, à l’International Music Festival in Macao (Chine) dans Cavalleria Rusticana de P.Mascagni, à l’opéra de Hong Kong (Chine), à la Maestranza de Séville (Espagne), à l’Opéra-Comédie de Metz pour la création européenne de la Vanessa de Samuel Barber.

Au Capitole de Toulouse, sous la direction de Michel Plasson dans les mises en scène de Nicolas Joël où elle donne Suzuki dans Madama Butterfly, Mère Jeanne dans Dialogues des Carmélites, Suor Angelica et Louise, doublure de Nadine Denize dans La Mère et Gertrude. Elle chante L'Enfant et les Sortilèges de M.Ravel à l’opéra de Lille, le rôle de la Nourrice dans l'Ariane et Barbe-Bleue à l'Opéra de Nice.

Cette Louise de Gustave Charpentier ainsi que la même Ariane et Barbe-Bleue de Paul Dukas en doublure de Jane Henschel sous la direction de Sylvain Cambreling feront l'objet d'une reprise à Tokyo, Japon pour l’Opéra de Paris.

 

OPERA MAGAZINE |  Dialogues des Carmélites Francis Poulenc / Opera National de Corée (KNO) : « Anne Pareuil est une excellente Madame de Croissy, un rôle qu’elle connait parfaitement. La voix n’exclut ni ni l’autorité, ni l’émotion. Elle meurt de manière saisissante dans les bras de Blanche, gardant,bouche ouverte, le rictus figé d’une ultime souffrance tandis que le noir se fait.»  J.M. Proust

OPERA MAGAZINE |  La Vida Breve Manuel De Falla /Théâtre de l’Esplanade de Saint-Etienne.

« la soprano Patricia Fernandez défend le rôle de Salud avec aisance et élégance.. Elle bénéficie de soutiens solides avec l’Abuela de la mezzo Anne Pareuil à la voix chaleureuse et ample... » Pier Lischia

                                   

                                   Thomas Morris | ténor | comédien

                                                      Parallèlement à des études de lettres et de russe, Thomas Morris étudie le chant avec Georgette Rispal                                                          tout en gagnant de nombreux prix : Concours de chant de Marseille, Trévise, Marmande, Verviers et le                                                               grand prix de la musique française au concours international de chant Henri Sauguet/Yves Saint-Laurent.

                                                      Son répertoire de ténor de caractère comprend aussi bien des œuvres de musique légère, La vie parisien-                                                           ne de Jacques Offenbach ou Candide de Léonard Bernstein que des opéras de grand répertoire comme                                                             Boris Godounov de Modest Mussorgsky, Ariadne auf Naxos de Richard Strauss, Wozzeck d’Alban Berg                                                             ou Madama Butterfly de Giacomo Puccini.

Cet éclectisme lui ouvre les portes des opéras de Strasbourg, Lyon, Marseille, Lille, Bologna, Genova, Köln, Bregenz, Wien, Lausanne, Wexford, Prague, Bratislava, Vilnius et Séoul. Il collabore régulièrement depuis 2010 avec Macha Makeïeff, aussi bien pour des projets d’opéras, de court-métrages que de théâtre musical . 

 

LIBERATION | Les femmes savantes, mise en scène Macha Makeïeff.

« A la distribution, la jeune première Maud Wyler en Armande et le ténor Thomas Morris en vieille tante frénétique sortent du lot. »

LE MONDE | Les mamelles de Tirésias / Opéra de Rennes

« L'arrivée du Mari abandonné, soudain métamorphosé en meneuse de revue, un tuyau d'aspirateur autour du cou à l'instar du serpent de la genèse, est un grand moment d'hilarité. Il faut dire qu'en parthéno- géniteur surréaliste, Thomas Morris vaut son pesant... d'enfants, gardant dans la tempête d'une paternité pléthorique (et vocalement harassante) la dignité, tant scénique que musicale, d'un pater familias. Son mari des Mamelles de Tirésias remporte tous les suffrages ».  Marie-Aude Roux

                                     

                                   

                                        Mario Raskin | directeur musical | claveciniste                                                                                                               Natif de Buenos Aires où il fit ses études au Conservatoire National, y contracte très jeune la passion                                                                 du clavecin. Remarqué par Rafael Puyana lors d'une de ses tournées, il le rejoint en Europe jusqu'à                                                                   Paris. Il découvre le talent de Scott Ross à Bruges et le rejoint à l'Université Laval de Québec, où il                                                                   obtient une Maîtrise en interprétation sous sa direction.                                                                                   Aujourd'hui, Mario Raskin est un interprète à part dans le monde du clavecin.

Pionnier dans bien des domaines, il a créé des œuvres contemporaines originales avec son compagnon Oscar Milani dont les transcriptions pour deux clavecins d'œuvres d'Astor Piazzolla, mais aussi dans le répertoire baroque avec ses transcriptions exclusives d'œuvres de Johann Sebastian Bach, comme le 6e concerto brandebourgeois, des suites pour orchestre.

 

La presse internationale a toujours accueilli ses créations discographiques avec enthousiasme depuis les pièces pour vielle à roue et clavecin de Nicolas Chédeville en passant par l'œuvre de Jacques Duphly et d'Antoine Forqueray, du padre Antonio Soler, de Joseph Nicolas Pancrace Royer et Josse Boutmy, ainsi que les "désormais classiques" tangos d'Astor Piazzolla interprétés à deux clavecins avec son compatriote et ami de toujours Oscar Milani dans une transcription originale.

 

Mario publie, sous le label Pierre Verany en 2015, des œuvres du compositeur argentin du xxe siècle Carlos Guastavino en compagnie de la soprano Barbara Kusa et en 2016 l'intégrale de sonates de Johann Sebastian Bach toujours chez Pierre Verany, en compagnie de la violoniste Sharman Plesner. De 1989 à 2018, il a enseigné son instrument à l'école municipale des arts de Joinville-le-Pont et au conservatoire à rayonnement communal Olivier Messiaen de Champigny-Sur-Marne (Val de Marne).

                                       

 

                                       Marc Delamézière | créateur de lumières

                                                             Après une formation à l'Ecole du Théâtre National de Strasbourg, il exerce sa profession d'éclairagiste                                                                dans différents domaines. Au théâtre, il a éclairé plus d'une centaine de spectacles avec des metteurs                                                                  en scène tels que Armand GattiJean-Marie Patte , Clotilde Ramondou et notamment                                                                              la création The Play about the baby d'Edward Albee pour le Théâtre Ambros d'Athènes et le Théâtre                                                                    National de Thessalonique.

Il collabore également avec des plasticiens, tels que Claude Chestier et Stéphane Gatti pour la mise en lumière de leurs expositions, et participe à l'exposition consacrée à Roland Barthes au Centre Georges Pompidou. Parallèlement, il réalise les éclairages de nombreuses productions d'opéra, dont Les Noces de Figaro à Rennes, Le Turc en Italie à Nantes, Rodelinda au Festival de Halle, Le Chemineau à  Marseille, Boris Godounov à Lyon, Pénélope à Lausanne, Manon à Nancy, Cavalleria Rusticana à Rennes et Pelléas et Méllsande; La Finta Cameriera, Bastien Bastienne à la Cité de la musique de Paris, Li Zite'ngalera à Ferrare, Adriana Lecouvreur à Lausanne, Les Noces de Figaro à Avignon. Marc a éclairé récemment Le nègre des Lumières à partir des musiques du Chevalier de St-George à l'Opéra d'Avignon et Piade'Tolomei de Donizetti à la Fenice de Venise.

Il collabore régulièrement avec Alain Garichot : La Clémence de Titus, Idoménée, Pénélope, Manon, Carmen, Tosca, Madama Butterfly, Véronique, La Voix Humaine.

                                         

                                       

                                         Sophinka Franchet d’Espèrey | costumière | modéliste

                                                               Sophinka Franchet d’Espèrey débute une carrière dans la mode parisienne voici dix ans pour les                                                                     créateurs comme pour les grandes maisons de couture. C’est en commençant comme couturière                                                                       qu’elle apprend toutes les techniques qui font la beauté et la réputation de la couture parisienne.                                                                           Aujourd’hui modéliste, elle est influencée dans sa coupe par Balenciaga, la maison Céline et le                                                                           travail de Pheobe Philo. Elle est en charge des collections Nina Ricci

Sophinka a crée les costumes du Poète assassiné d’Apollinaire et Carmen de Mérimée au Théâtre d’Ermont et aujourd’hui le Sens de l’Autre.                                                      

                                                             

 

                                          Gérard Guilloury | ingénieur du son

                                                                 Gérard Guilloury est tout d’abord Auteur Compositeur Interprète (pseudonyme Gérard LEINA).                                                                    Au détour de ses concerts, il sera programmé au Printemps de Bourges et sera l’invité de Guy Béart                                                                    dans ses productions télévisées. José Artur l’invitera à son tour dans son pop-club sur France-                                                           Inter ou encore Eve Griliquez dans son émission « Libre- Parcours » sur France-Culture.

Fort de cette expérience, Gérard  passera ensuite « derrière la caméra » mais s’intéressera surtout... aux microphones et à la prise de son en travaillant aux côtés de Pierre Dutour, trompettiste de Nino Ferrer, Eddy Mitchell, Patricia Kaas ...

Dès lors, en sa qualité d’Ingénieur du son, Gérard Guilloury a réalisé un grand nombre de CD studio mais aussi des captations vidéo-son à la salle Gaveau notamment.

Les micros Vintage qu’il a utilisé pour la prise de son d’Anne Pareuil et Thomas Morris sont d’authentiques micros à lampe NEUMANN U67 , micros « de légende » utilisés par les plus grands artistes. La dynamique et la « chaleur » sont ainsi pleinement restitués pour une telle prise de son.

LE SENS DE L'AUTRE  2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now